Change
your
mind!

Blaise Ubaldini

Blaise Ubaldini (1979) a étudié la clarinette avec Jean-Claude Brion à Evreux puis Richard Vieille au CNR de Paris. Il pratique le jazz et les musiques improvisées avec Michel Goldberg et Marc Boutillot dans le cadre de l’école ARPEJ. Il fonde le groupe de rock “Strix” avec lequel il travaille pendant plusieurs années comme guitariste et chanteur. Il arrête la musique pour se consacrer à l’étude des langues et effectue une licence en études indiennes (Faculté des Langues Orientales). Il reprend la clarinette et effectue un diplôme de soliste à la HEM de Lausann avec Frédéric Rapin. C’est dans cette ville qu’il entreprend en 2008 des études de composition avec William Blank, qu’il poursuit à Genève avec Michael Jarrell, Luis Naon et Eric Daubresse.
Boursier à plusieurs reprises de la fondation Nicati De-Luze, Sacem, et Max-D. Jost, il intègre le cursus 1 de l’Ircam à Paris (2012-2013) et obtient le Prix Nouveau Talent Musique SACD 2013 pour son opéra de chambre 4.48. L'années suivante, l'ensemble CH.AU lui organise un concert monographique qui sera diffusé sur la Radio Télévision Suisse - Espace 2 lors de l'émission d'Anne Gillot, Musique d'avenir. Quelques mois plus tard, il crée dans le cadre du cursus 2 de l'Ircam le monodrame Bérénice, interprété par la comédienne Caroline Imhof et l'Ensemble Intercontemporain. Sa pièce À la Nuit, commande de l'Association Suisse des Musiciens, créée par le Collegium Novum Zürich fait partie du disque de la 8ème sélection Grammont - Label Musiques Suisses.

Son travail peut s’apparenter à une quête identitaire. Il interroge sa propre culture et tradition musicale en la mettant en regard d’autres cultures et traditions, notamment moyen-orientales. Cette recherche se manifeste par un travail centré sur la voix, toujours dans un lien étroit à la langue et au texte.

Il est joué par l'Ensemble Intercontemporain, le Collegium Novum Zürich, l'Orchestre de Chambre de Genève, la soprano Lisa Tatin, le Lucerne Festival Alumni Ensemble, l'Indiana University New Music Ensemble, le clarinettiste Jean-Marc Fessard, l'ensemble vocal Exaudi, la compagnie CH.AU, l'ensemble Matka, le duo Interférences.

Works


Love song for a longterm hatred (2016)
for trombone, piano, harp, 3 female singers, 3 tombak players
based on a poem by David Avidan : Longterm Hatred
12/2016 Lausanne
Société de Musique Contemporaine
Alon Stoler, trombone
Layla Ramezan, piano
Aurélie Communal, harp
Lisa Tatin & Emma Rieger, soprani
Mashal Arman, mezzo-soprano
Bijan Chémirani, Djamchid Chémirani & Keyvan Chémirani, tombak (zarb)
duration: 30′

Bhiksha (2016)
for one solo voice
3/2017 Winterthur
Festival Musica Aperta 2017
Kornelia Bruggmann, sop.
duration: 10′

Titus forever (2016)
for flute, oboe, clarinet, violin, viola and cello
9/2016 Lucerne
Lucerne Festival Academy 2016
Lucerne Festival Academy Orchestra
Lin Liao, dir.
duration: 11′

De plomb (2016)
for oboe, horn, violin, cello and piano
7/2016 Cully
Fesival Lavaux Classic 2016
Anna Lisa Gross, oboe
Chai Suang Tan, horn
Kirill Maximov, violin
Ariane Galigné, cello
Marianne Salmona, piano
duration: 10′

Futurs (2015)
for clarinet
12/2015 Bruxelles
Jean-Marc Fessard, cl.
duration: 8′

Abendlied (2015) for orchestra
10/2015 Geneva
Orchestre de Chambre de Genève
Arie van Beek, dir.
duration: 7′

Aparajito (L'invaincu) (2015) for double bass
9/2015 Sion
Shagan Grolier, db.
duration: 8′

Les gémeaux (Do peykar) (2014) for flute (alto/bass) and viola
2/2015 Pittsburgh
Elodie Virot, fl.
Patrick Schleuter, va.
duration: 11′

Greed (2014) for marimba solo
4/2015 Genève
Arthur Bonzon: , mar.
duration: 12′
--> Greed(s) (2014)
for 2 marimbas and 1 vibraphone
4/2015 Genève
duration: 12′

Pancali (2014) for two flutes
3/2015 Genève
Duo Interférences:
Emilie Brisedou and Elodie Virot, fl.
duration: 13′

Bérénice (2014) monodrame for comedienne, wind trio, percussion and electronic
9/2014 at Ircam, Paris
Ensemble Intercontemporain:
Emmanuelle Ophèle, fl.
Didier Pateau, ob.
Alain Billard, cl.
Samuel Favre, perc.
duration: 30′

À la nuit (2014) for ensemble
8/2014 at Cernier, Switzerland
Les jardins musicaux, Journées de la création musicale suisse
Commande de l'Association Suisse des Musiciens
Collegium Novum Zürich
Jonathan Stockhammer
, dir.
duration: 18′

Visage sur les planches de Milbray (2014) for clarinet, violin and piano
3/2014 at Vevey conservatory
Ensemble CH.AU
duration: 9′

Way back by a byway (2013-2014) for violin, cello, piano, double bass, electric guitar and drums
3/2014 at Vevey conservatory
Ensemble CH.AU
duration: 11′

À blanc 2 (2013) for mezzo-soprano, ensemble and electronics
based on a poem by Mohammed Khaïr-Eddine : “À Blanc” (in “Soleil Arachnide”)
11/2013 at Fonderie Kugler, Geneva
Commande de la fondation Nicati-De Luze
Ensemble Matka
Brigitte Balleys, mezzo sop.
Elena Schwarz, dir.
fl., ob., cl., tpt., tbn., vln., vla., cello, perc. (1), MIDI keyboard.
duration: 10′

Le Langage Des Oiseaux (2013) for 5 solo voices
06/2013 at Studio 104, Paris
Exaudi ensemble:
Juliet Fraser, sop.
Tom Williams, counter ten.
Kevin Skelton, ten.
Gareth John, bar.
Simon Whiteley, bass.
James Week, dir.
duration: 6′30

Sunbathing (2013) for soprano and electronics
04/2013 at Ircam, Paris
Tatiana Probst, sop.
duration: 8′30

4.48 (2012) chamber opera for 2 main voices (sop. and bar.), 4 women voices, 19 musicians and electronics
libretto adapted from “4.48 Psychosis” by Sarah Kane
09/2012 at Studio Ansermet, Geneva
Capucine Keller, sop.
Pierre Héritier, bar.
Pierre Bleuse, dir.
fl., ob., cl., bcl., sx., bas., hn., tpt., tbn., strings 1.1.1.1.2., perc. (2), elec.guit., MIDI keyboard.
duration: 45′

À blanc 1 (2012) for mezzo-soprano, flute (G and bass), oud, alto, double bass, percussions, MIDI keyboard et electronics
based on a poem by Mohammed Khaïr-Eddine : “À Blanc” (in “Soleil Arachnide”)
06/2012 at Studio Ansermet, Geneva
Brigitte Balleys, mezzo sop.
Benoît Willmann, dir.
duration: 8′

Lid (2012) for flute, clarinet, violin, cello, piano and percussions
based on a poem by D.H.Lawrence : “Things Made By Iron”
duration: 2’30

7 poèmes de Robert Davreu (2009-2011) for soprano, piano (also MIDI keyboard) and electronics
poems freely chosen in Robert Davreu – “Au Passage de L’heure”
06/2011 at Geneva Conservatory
Céline Mellon, sop.
Layla Ramezan, pno.
duration: 16′

Impasse (2011) for bass clarinet and electronics
03/2011 at Théâtre Pitoeff, Geneva
Yuji Noguchi, bass clar.
duration: 9′

Ferocious Purposes (2010) for contrabass paetzold recorder and electronics
inpired by Antonin Artaud – “Le théâtre de la cruauté – états préparatoires”
05/2010 at Lausanne Conservatory
Dario Benigno, rec.
duration: 9’30

Jaisalmer (2010) acousmatic piece
duration: 5’45

Black'n'white (2009) for recorder and piano
freely inspired by “Black and White Polyptych” by Jackson Pollock
05/2010 at Bruxelles Conservatory
Jan Van Hoeke, rec.
Pieter Dhoore, pno.
duration: 10′

Press

Revue Musicale Suisse 10/2014

...Rien de tel avec À la Nuit pour ensemble de Blaise Ubaldini. Ici, c'est la profondeur du propos qui domine, une quête du son et du sens qui mène à une démarche compositionnelle d'une grande droiture, d'une grande authenticité aussi. L'orchestration est par endroits somptueuse, rendue magnifiquement par un Collegium Novum très engagé et la direction efficace et attentive de Jonathan Stockhammer. L'ensemble sonne et résonne de multiples manières, les oppositions entre les formations, du solo au grand ensemble, forment un discours d'une grande cohérence tout en arpentant un territoire sonore assez vaste qui abrite les techniques instrumentales nouvelles, toujours employées de manière juste et convaincante, jusque dans cet incroyable solo de flûte basse – une véritable voix – qui, dans les dernières mesures, semble avoir tout dit déjà, mais ne parvient pas à laisser la parole au silence, et éprouve le besoin de dire encore et encore, de manière poignante, ce trajet sans retour vers la nuit… - William Blank

Accent online 9/2014

Res Musica 9/2014

Avant-Concert Clément Lebrun 09/2014

blaise.ubaldini@gmail.com
+41 (0)78 815 04 57

UPCOMING

!! ] 19 mar. 2018 - LONDON [
-----//création//-----
Nouvelle Oeuvre
pour quintette à vent
Ensemble Intercontemporain
@Wigmore Hall - London (UK)

!! ] 26 mars 2017 - VEVEY [
-----//création//-----
Nouvelle Oeuvre
pour ensemble
Compagnie CH.AU
@Théâtre Oriental - Vevey (CH)

!! ] 3 mar. 2017 - WINTERTHUR [
-----//création//-----
Bhiksha
pour voix
Kornelia Bruggmann, voix
Festival musica aperta
@Alter Stadthaussaal - Winterthur (CH)

] 22-25 feb. 2016 - GENEVA[
•••••• residency #3 ••••••
Atma
Gameplay project
Kevin Skelton, danse/voice
Blaise Ubaldini, clarinet/voice
@Flux Laboratory - Genève (CH)

] 29 jan. 2017 - SION [
-----|reprise|-----
Sunbathing
pour soprano et électronique
Lisa Tatin, sop.
Julie Beauvais, direction
@Ferme Asile, Sion (CH)

] 28 jan. 2017 - SION [
-----|reprise|-----
Sunbathing
pour soprano et électronique
Lisa Tatin, sop.
Julie Beauvais, direction
@Ferme Asile, Sion (CH)

] 27 jan. 2017 - SION [
-----|reprise|-----
Sunbathing
pour soprano et électronique
Lisa Tatin, sop.
Julie Beauvais, direction
@Ferme Asile, Sion (CH)

] 22 jan. 2017 - SION [
-----|reprise|-----
Sunbathing
pour soprano et électronique
Lisa Tatin, sop.
Julie Beauvais, direction
@Ferme Asile, Sion (CH)

] 20 jan. 2017 - SION [
-----|reprise|-----
Sunbathing
pour soprano et électronique
Lisa Tatin, sop.
Julie Beauvais, direction
@Ferme Asile, Sion (CH)

!! ] 5 dec. 2016 - LAUSANNE [
-----//création//-----
Love song for a longterm hatred
pour trombone soliste, 3 voix solistes, piano, harpe et 3 percussionnistes
Ensemble Matka + Trio Chémirani + Romain Mayor
@SMC - Lausanne (CH)

!! ] 25-29 sep. 2016 - GENEVA[
•••••• residency #2 ••••••
Atma
Gameplay project
Kevin Skelton, danse/voice
Blaise Ubaldini, clarinet/voice
@Flux Laboratory - Genève (CH)

!! ] 4 sep. 2016 - LUCERNE[
-----//création//-----
Titus Forever
pour ensemble
Festival de Lucerne 2016
@KKL - Lucerne (CH)

!! ] 2 jul. 2016 - CULLY[
-----//création//-----
De plomb
pour hautbois, cor, violon, violoncelle et piano
Projet Swiss Made - Festival Cully Classique
@Temple - Cully (CH)

!! ] 25-29 jan. 2016[
•••••• residency #2 ••••••
Atma
improvisations with
breath, sound and body
Kevin Skelton, danse/voice
Blaise Ubaldini, clarinet/voice
@Flux Laboratory - Genève (CH)

!! ] 8 déc. 2015 [
-----//création//-----
Futurs
pour clarinette
Jean-Marc Fessard
@Festival Ars Musica - Bruxelles (BE)

] 3 dec. 2015 [
-----|reprise|-----
À blanc 2
pour mezzo-soprano, ensemble et électronique
Indiana University New Music Ensemble
David Dzubay, dir.
@Auer Hall, Indiana University - Bloomington, IN (USA)

!! ] 9-13 nov. 2015 [
•••••• residency ••••••
Atma
improvisations with
breath, sound and body
Kevin Skelton, danse/voice
Blaise Ubaldini, clarinet/voice
@Flux Laboratory - Genève (CH)

!! ] 6 oct. 2015 [
-----//création//-----
Abendlied
pour orchestre
Orchestre de Chambre de Genève
Arie Van Beek, dir.
@Bâtiment des Forces Motrices - Genève (CH)

[] ] 5 oct. 2015 [ []
[ ] diffusion radio [ ]
Interview
@RSR Espace 2
Magma - 12h-13h


] sep. 2015 [
-----//création//-----
Aparajito
pour contrebasse
Shagan Grolier, cb.
@HEMU - Sion (CH)

] 20 juin 2015 [
-----|reprise|-----
Pancali
pour 2 flûtes
Duo Interférences
@Athénée4 - Genève (CH)

] 12 juin 2015 [
-----|reprise|-----
Pancali
pour 2 flûtes
Duo Interférences
@Fondation l'Abri - Genève (CH)

] 6 juin 2015 [
-----|reprise|-----
Pancali
pour 2 flûtes
Duo Interférences
@Eglise de Villamont - Lausanne (CH)

!! ] 25 avr. 2015 [
-----//création//-----
Pancali
pour 2 flûtes
Duo Interférences
@Atelier M - Neuchâtel (CH)

!! ] 17, 18 et 19 avr. 2015 [
-----//création//-----
Greed(s)
pour 2 marimbas et vibraphone
@Institut Jacques Dalcroze - Genève (CH)

] 28 mar. 2015 [
-----|reprise|-----
Impasse
pour clarinette basse et électronique
Jean-Marc Fessard, clar. basse
@Festival Electr()cution - Brest (FR)

] 28 fév. 2015 [
-----|reprise|-----
Les gémeaux (Do peykar)
pour flûte et alto
Elodie Virot, fl. - Patrick Schleuter, va.
@Fondation l'Abri - Genève (CH)

!! ] 12, 13 fev. 2015 [
-----//création//-----
Les gémeaux (Do peykar)
pour flûte et alto
Elodie Virot, fl. - Patrick Schleuter, va.
@Carnegie Mellon University - Pittsburgh (USA)

] 30 jan. 2015 [
-----|reprise|-----
Le Langage Des Oiseaux
pour 5 voix solistes
Ensemble Exaudi
@Aldeburgh (UK)

[] ] 12 oct. 2014 [ []
[ ] diffusion radio [ ]
Bérénice, Visage sur les planches de Milbray, Impasse, Wayback by a byway, 7 poèmes de R. Davreu, Sunbathing
@RSR Espace 2
Musique d'avenir - 22h-24h


[] ] 29 sep. 2014 [ []
[ ] diffusion radio [ ]
Bérénice
pour comédienne, trio à vent, percussions et électronique
Caroline Imhof, comédienne - Ensemble Intercontemporain
@France Musique
Les Lundis de la contemporaine - 20h


] 27 sep. 2014 [
-----|reprise|-----
À la nuit
pour ensemble
Collegium Novum Zürich
@Tonhalle - Zürich (CH)


!! ] 12 sep. 2014 [
-----//création//-----
Bérénice
pour comédienne, trio à vent, percussions et électronique
Caroline Imhof, comédienne - Ensemble Intercontemporain
@Ircam - Paris (FR)

!! ] 31 aug. 2014 [
-----//création//-----
À la nuit
pour ensemble
Collegium Novum Zürich
Journées de la création musicale suisse
@Jardins Musicaux - Cernier (CH)

] 22 jun. 2014 [
-----|reprise|-----
Way back by a byway
Visage sur les planches de Milbray
7 poèmes de R. Davreu
Impasse
Sunbathing

Tatiana Probst, soprano - Compagnie CH.AU
@Théâtre Le Châtelard - Ferney-Voltaire (CH)

!! ] 09 mar. 2014 [
-----//création//-----
Way back by a byway
pour violon, violoncelle, piano, guitare électrique, contrebasse et batterie
Visage sur les planches de Milbray
violon, clarinette et piano
-----|reprise|-----
7 poèmes de R. Davreu
Impasse
Sunbathing

Tatiana Probst, soprano - Compagnie CH.AU
@Vevey conservatory (CH)

Greed

Dans la continuité du travail qui avait été amorcé avec le Collegium Novum Zürich, lors de la création de À la nuit, en août 2014, je souhaite approfondir la réflexion sur la thématique de la nuit, toujours dans une approche « figurative » et qui cherche à faire sens.
Cette thématique fut à nouveau abordée dans Abendlied, pour orchestre, créée en octobre 2015 par l’Orchestre de Chambre de Genève, sous l’angle de l’attente de la nuit, d’une invocation à se venue, qui prendrait la forme d’un jeu: l’écriture.
Cette fois, le propos serait avant tout de questionner la solitude. Celle de l’individu plongé dans la nuit bien-sûr, mais aussi celle de l’individu au sein de la société, comme celle de l’individu perdu en lui-même, dans sa propre nuit intérieure. La solitude du temps présent, qui s’étire, et qui comme la nuit ne possède pas de contours nets, mais une tendance à l’effacement.
La nomenclature serait probablement légèrement réduite par rapport à celle de À la nuit, avec la volonté de concentrer le timbre autour d’un instrument particulier, probablement le hautbois, donnant peut-être naissance à un quasi concerto de chambre pour ensemble de 7 musiciens avec hautbois obligé.

Sunbathing

Kamau Daa'ood est un poète noir-américain. Il est une figure de la scène artistique californienne et fut l'une des forces majeures luttant pour la renaissance de la communauté noire de Los Angeles. Gravitant dans l'univers du free-jazz et du hip-hop, il déclame souvent ces poèmes en musique à la manière d'un slam, accompagné par des ensembles de jazz de styles et d'influences divers.

Dans "Sunbathing", l'univers fantasmé du poète viens rencontrer celui de la chanteuse lyrique, jouant son propre rôle et considérée comme un personnage à part entière. L'univers du poète se manifeste par des extraits d'enregistrements de jazz, traités, transformés, souvent "fondus" avec la voix dans une réverbération particulière, faite de la synthèse par modèles physiques de plaques de métal, jouant alors véritablement le rôle de "médium".Il s'agit donc de tenter de faire se connecter deux mondes issus de dimensions différentes et d'observer la manière dont il vont s'influencer l'un-l'autre.

Pancali

Il fut d’abord question de lumière.
Inspirée par le jeux vidéo NaissanceE, j’envisageais un objet complexe, se mouvant dans un milieu inconnu, et modifiant son apparence en fonction de sons état nerveux, sous influence du milieu ambiant. La pièce aurait pu s’appeler : Caméléon.
Puis l’ombre de cet objet plongé dans la lumière fit apparaître la profondeur. Celle qui se cache dans l’ombre et qu’on ne peut mesurer, et celle que la lumière nous donne jusqu’à l’horizon. Plus loin, c’est aussi plus tard, ce qui n’est pas forcément le cas de l’inverse. Là-bas, cet « ailleurs » spatial et temporel.
Quel est notre futur? Est-ce réellement celui qui semble se profiler à l’horizon? Quel est la voix, le chant de notre temps? Qu’exprime-t’il? Il est assurément pluriel, et s’adresse à ceux qui sauront le comprendre demain, sans être sûr néanmoins que l’écho le portera jusque là. Comme une bouteille à la mer sur les chemins pluriels de nos futurs.

Le Langage Des Oiseaux

Le Langage Des Oiseaux est une pièce pour 5 voix solistes basée sur le récit de farid-ud-Din ‘Attâr, poète mystique persan du XIIème siècle, écrite lors de l'académie Manifeste de l'Ircam dans une collaboration avec l'ensemble vocal Exaudi.
Dans le poème, les oiseaux du monde se réunissent exhortés par la Huppe (messagère d’amour) pour partir à la recherche de leur vrai roi, le Simorgh (symbole de Dieu). Au terme d’un voyage périlleux, les survivants découvrent que le Simorgh n’est autre que leur propre essence.
Musicalement, il ne s’agit pas de citations directes du poème, mais plutôt de l’évocation de certaines situations ou personnages, à la manière de portraits ou de croquis, répondant aux profondes interrogations posées par le texte. Afin de respecter l’universalité du message délivré par l’auteur, aucune référence n’est faite à une langue existante et les sons vocaux sont composés avec la musique.

Abendlied

Abendlied, commande de l’Orchestre de Chambre de Genève, est inspirée de l’ouverture de La Chauve-souris de Johann Strauss dont elle se veut être un commentaire, c’est à dire à laquelle elle se réfère et dont elle se sert comme source pour son propre développement.
La partition s’articule autour d’un objet unique emprunté à l’oeuvre de Strauss: le thème central de hautbois avec son accompagnement de clarinette. C’est à cet endroit que j’ai décidé de m’installer, de procéder à ma propre « bouture » musicale. Ce sont ces deux éléments qui tour à tour ou simultanément construisent le discours de la pièce.
Dans cette syntaxe qui se tisse, une interrogation émerge à propos de la forme particulière de l’ouverture, à la fois « teaser » de l’oeuvre à venir, et oeuvre à part entière, possédant sa propre dramaturgie. L’ouverture est une appel, une invocation. Et cet appel m’incite à plonger dans une autre thématique, résolument romantique, inspirée par le titre même de l’oeuvre de Strauss mais indépendante de son intrigue: la nuit. De la même manière que l’ouverture appelle l’oeuvre, Abendlied (le chant du soir) invoque la nuit.
Mais de quelle nuit s’agit-il? Est-ce celle qui, assombrissant ma vision, m’engage à rester pelotonné dans la peur, ou bien celle dans laquelle, à l’abri des regards, je me découvre enfin? Plongé dans le doute, je joue, je m’amuse, j’écris.
Abendlied est une invocation, un appel, un espoir, mais c’est aussi une hésitation, un dernier instant de recul, une dernière partie de ce jeu naïf et inquiet, l’écriture, dans l’attente de la nuit qui arrive.

Do Peykar (Les gémeaux)

L’Iran est une terre de contrastes. Entre la neige pure de l’hiver et l’obscurité du ciel étouffé par la pollution, entre les rues ternes de Téhéran et les dômes flamboyants des mosquées d’Ispahan, entre la tradition poétique emprunte de spiritualité et le langage de tous les jours des jeunes d’aujourd’hui.
Les iraniens disent que tout au long de l’année, se retrouvent simultanément les quatre saisons sur la terre d’Iran. J’ajouterais qu’à chaque moment se trouvent face à face l’Iran d’hier et celui d’aujourd’hui.
L’Iran est comme les gémeaux. Il a deux faces. et à tout moment, sans prévenir, l’une peut céder la place à l’autre.

Bérénice

Prenant appui sur le drame éponyme de Jean Racine, l’oeuvre met en scène l’errance de Bérénice après les faits présenté par l’auteur. Sur son chemin, la reine se rejoue sa propre tragédie, se remémorant les mots des différents protagonistes, passant d’un personnage à l’autre, tantôt dans la peau d’Antiochus, tremblant, tantôt prise par ses propres sentiments, mais toujours dans l’attente de Titus, qui a été voulu muet, retranché dans sa lâcheté.
L’oeuvre musicale a été conçue à deux, par la comédienne et le compositeur lors de séances d’improvisation. Ce sont ces séances qui ont articulé le travail de composition, permettant de structurer les personnages et de faire émerger les moments de tension.
La notion de personnage, cristallisant les tensions dramatiques, a nécessité d’adapter les techniques de composition. Pour Antiochus et Bérénice, la partition se base sur l’analyse des enregistrements de voix effectués lors des séances d’improvisation à deux. Analyse des phonèmes articulatoires pour Antiochus, et analyse de la prosodie pour Bérénice. Dans les deux cas, la composition musicale a consisté à fixer cette improvisation originelle dans la partition et à en donner un « témoignage » instrumental, une récurrence sonore, engageant la parole présente à se rappeler continuellement à elle-même.
Pour les passages mettant en scène Titus, personnage emprisonné par ses obligations politiques, le processus a été inversé. Le personnage ne s’exprime jamais directement, quelqu’un ou quelque chose le fait pour lui. La musique a été structurée en premier, de manière plus rigide, et la partition vocale a été imaginée après coup.
De fait, un couple se crée, Bérénice et Antiochus. Des registres instrumentaux précis leur sont confiés et les traitements électroniques, majoritairement en temps réel, renvoient à leurs angoisses respectives. La voix de Titus, quant à elle, demeure un mystère. Aucun élément musical ne lui fait directement référence, et les traitements électroniques, cette fois largement différés, servent plutôt à dépeindre un contexte qu’à exprimer les sentiments du personnage.
La langue de Racine, puissante et contraignante a finalement rapidement été source de libération. L’écriture vocale, mi-parole, mi-chant, a aussi été fixée. Les intensions et les techniques en germe dans les séances d’improvisation ont été retravaillées par le compositeur, recomposées, fixées sur une « partition-théâtre » de manière à pouvoir les retrouver, tout en laissant une marge d’interprétation importante à la comédienne afin que se créent les conditions d’une éventuelle rencontre avec Bérénice.