"Le compositeur stimule l'écoute en diversifiant les scènes, parfois à voix nue ou purement instrumentales, tel ce solo de clarinette basse - Alain Billard très éloquent - qui termine le monodrame de façon poignante, sur l'évocation des larmes de l'empereur Titus."

Michèle Tosi, Res Musica

Personnalité musicale originale, Blaise Ubaldini compte parmi les compositeurs français les plus prometteurs de sa génération. Sa musique expressive et d’inspiration unique évolue entre désir insatiable de vitalité et de couleur, et recherche de profondeur et d’authenticité.

Musicien au parcours éclectique, clarinettiste ayant pratiqué les musiques improvisées et le rock, il côtoie les plus grands solistes de toutes les scènes musicales, classique, contemporaine, jazz, world, et crée autour de ses oeuvres des rencontres inattendues. Dans le monodrame Bérénice, créé à l’Ircam en 2014, il explore avec la comédienne suisse Caroline Imhof et les solistes de l’ensemble Intercontemporain une manière inédite d’osmose entre théâtre et musique. En 2016 il crée Love song for a longterm hatred avec le tromboniste israélien Alon Stoler et le trio Chémirani, prestigieux ensemble de percussions iraniennes. Il collabore en tant que clarinettiste puis arrangeur avec les frères tunisiens virtuoses du oud et du qanoun Amine & Hamza Mraihi et le violoncelliste Vincent Ségal sur l’album Fertile Paradoxes.
Ses oeuvres intègrent au discourt musical des éléments non conventionnels, extra-instrumentaux, textes, chants, onomatopées, comme autant de gestes ou de comportements authentiques, interrogeant sans cesse la nature et la mémoire de l’être, comme de la musique. En témoigne le quintette à vent In the backyard, créé en 2018 par les solistes de l’ensemble Intercontemporain au Wigmore Hall de Londres et dédié à deux personnages de Twin Peaks, série phare du réalisateur américain David Lynch.

Initié à la composition par William Blank à Lausanne, il intègre la classe de Michael Jarrell et Luis Naón à Genève puis l’Ircam à Paris pendant deux ans. Durant cette période il rencontre le chef Pierre Bleuse qui dirige son opéra de chambre 4.48, grâce auquel il obtient le Prix Nouveau Talent Musique SACD 2013, ainsi que la soprano Tatiana Probst avec laquelle il crée Sunbathing pour voix et électronique à l’Ircam.

Titulaire d’une licence d’études indiennes de la Faculté des Langues et Civilisations Orientales, il effectue un travail approfondi sur les langues et la voix, et accompagne depuis peu son cheminement musical par l’écriture de textes, sorte de contrepoint littéraire, permettant de révéler ce qui se joue dans l’ombre des oeuvres en lumière.

Il collabore avec l'Ensemble Intercontemporain, le chef Pierre Bleuse, le Collegium Novum Zürich, l'Orchestre de Chambre de Genève, la soprano Lisa Tatin, le Lucerne Festival Alumni Ensemble, la soprano Kornelia Bruggman, l’Indiana University New Music Ensemble, le clarinettiste Jean-Marc Fessard, l'ensemble vocal Exaudi, la compagnie CH.AU, l'ensemble Matka, le duo Interférences.